13 mars 2007

une semaine sur la route...

200 km parcourus; 2 motels, un champs, un stade d'athle, un parc, un futon pour les nuits. Reste pres de 350 km jusqu'a la frontiere. Le soleil s'est occupe de mon bronzage cycliste (ou plutot coureur). Des hotels 4 etoiles aux fraiches nuits sous des milliers, des heures d'attente en aeroport au heures de combat avec le bitume, du bobo au hobo, la mutation a commence.
125 miles run; 2 motels, one athletic field, one park, one couch for the nights. 220 miles remainingo the mexican border. The sun took care of my cyclist tan (which is more a runner tan). Form a life in 4 starts hotel to outside sleep, from waiting hours in airport to fighting hours on the road, from bobo (french expression my sister use to qualify my way to live, Bourgeois/boheme) to hobo, the mutation is on.

La campagne Texane ressemble etrangement au Morvan des vacances de mon enfance, en moins beau et en plus grand bien sur. Peu etre est ce parce qu'etre sur la route, m'arreter demander de l'eau, chercher des "cabanes" pour la nuit.. me rappele etrangement les sensations que je pouvais avoir sur le velo rouge pliable sur la route entre Semur et Emagnie a la poursuite de ma grande soeur, ou pendant les autres aventures autour de l'etang ou du lavoir a la recherche de civilisations perdues, ou encore sous la tente les nuits de pluis avec les cousins...
Texas country side looks like the Morvan of my childhood hollidays, less beautiful and bigger of course. May be being on the raod, asking for water in houses close to the road, looking for cant for the night... remind me the sensations I had on th small red bike following my sister  or during other adventure seeking lost civilisation arround the lake  or during rainy camping niughts with the cousins...

Mes ennemis: les camions, les passages de pont (parce qu'il n'y a pas de bandes d'arret d'urgence ), les chiens et moi meme. Pour les camions, de l'attention, pour les passage de pont il faut trouver la solution au cas pas cas: pont de chemin de fer, courir vite...., pour les chiens le regard mechant a suffit mais je vais pas tarder d'utiliser la methodes des cailloux, pour moi meme j'apprends a gerer un peu mieux et mes erreurs me servent de lecons.
My ennemis: the eighteen wheelers, the bridges (because there is no shoulder on them), the dogs and myself. For the eighteen whelers, I keep focus, for bridges I find a solution for each one (rail way bridge, running fast...), for the dogs impressive attitude worked may be I will use rocks soon, for myself I learn to manage, my mistakes teach me what to do or not.

SUNP0031

Posté par lgalliegue à 22:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur une semaine sur la route...

Nouveau commentaire